La technique du RITMO (EMDR)

La technique du Retraitement de l’Information Traumatique par les Mouvements Oculaires RITMO a été développée pour solliciter nos capacités cérébrales à revenir sur la manière dont nous avons traité les informations d’un choc émotionnel en urgence.

Ne pas se condamner soi-même

et ne pas faire subir aux autres

Qu’est-ce que le RITMO : Retraitement de l’Information Traumatique par les Mouvements Oculaires ?

Cette technique est peut-être plus connue par son brevet américain : l’EMDR pour Eye Movement Desensitization ans Reprogressing, soit l’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires.

L’EMDR a été découvert en 1987 par la psychologue américaine Francine Shapiro. Elle a été validée par la Haute Autorité de Santé et l’Organisation Mondiale de la Santé.

Il s’agit de retraiter les informations d’un événement marquant ou une période difficile, pour libérer la souffrance, les blocages et les images résiduelles du traumatisme, bref apaiser les séquelles de cet événement.

Quand utiliser la méthode RITMO ?

Le RITMO est utilisé pour traiter les traumatismes mais aussi revenir sur nos conditionnements.

– après un moment traumatique, vécu ou dont nous avons été témoin, qu’il s’agisse d’un choc émotionnel ou d’une période éprouvante,

– pour rétablir une vérité sur toutes les fausses croyances que l’on peut se créer sur soi-même, sur les autres et sur les fatalités de la vie.

Nous n’avons pas tous la même capacité résiliente (faculté à rebondir et se réparer), ni le même terrain génétique (régulation de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien et des médiateurs de l’inflammation).

C’est pour cette raison qu’il n’existe pas, en thérapie, d’échelle de gravité d’une problématique.

Les informations (émotions et pensées) de ce dossier (cet événement, ce conditionnement …) seront retraitées sereinement, à distance du danger.

Il est possible d’utiliser cette technique pour chacun des dossiers qui freinent notre authenticité, empêchent la réalisation de nos projets, sabotent notre vie…

Le RITMO est une technique partiellement hypnotique

Dans cette technique, plusieurs principes hypnotiques sont utilisés.

Dans un état de conscience modifié, la suggestion d’images est utilisée pour guider ce que vous pouvez résoudre de vous-même et la détermination de l’objectif de travail.

Des questions spécifiques sont posées à des moments choisis.

L’importance des croyances personnelles, l’émergence des émotions, les pensées et les sensations durant les stimulations bilatérales influencent le déroulement de la séance.

Une désensibilisation émotionnelle et cognitive

Le travail de désensibilisation permet de calmer les perturbations émotionnelles telle que :

– le sentiment d’insécurité, de danger imminent, les sursauts,

– les angoisses, le stress chronique,

– les manifestations sensori-motrices, les douleurs (migraines, hypertensions, maladies dermatologiques),

– les émotions excessives au regard du contexte,

– la dissociation,

– l’identification à l’agresseur,

– la culpabilité, la sur responsabilité,

– le manque de confiance en soi et dans les autres,

– évitement mental et comportemental.

Quelques exemples :

« Depuis cet accident de voiture, je sais qu’un drame peut arriver à tout moment. Même si je m’empêche de conduire, j’ai tellement conscience du danger que mon exéma ne se calme pas ».

Si j’ai eu un parent réactif dans l’agressivité au moment de faire mes devoirs, j’ai pu me dire intérieurement :

– « j’ai des problèmes de compréhension et une mauvaise mémoire, il y a beaucoup de métiers que je ne pourrai pas exercer », puis ne jamais se sentir capable dans certains domaines à l’âge adulte,

– « j’ai peur de faire comme ma mère/mon père, ce qui augmente mon anxiété, je suis alors moins tolérant.e avec mes enfants ».

– « Je n’ai pas eu un bon père, alors je ne serai pas un bon père, mes enfants seront mieux sans moi »

– « Ma mère ne m’a pas donné un bon exemple, je ne vais pas savoir être une bonne mère, il vaut mieux que je laisse faire les autres à ma place »

Si j’ai grandi dans un environnement conflictuel, alors :

– je peux banaliser ce type de comportement et faire subir mon agressivité aux autres, à qui je vais reprocher d’être trop sensibles s’ils me le font remarquer,

– ou alors je peux développer des stratégies d’évitement du conflit qui seront en fait un évitement du dialogue, une incapacité à s’affirmer et peut-être même à avoir ses propres opinions.

Si durant mon enfance pourtant heureuse, j’ai toujours recherché la validation de mon parent alors que celui-ci était soit absent soit exigent, alors je peux avoir compris des règles telles que :

– « il faut que j’ai les meilleures notes à mes contrôles pour être digne de sa satisfaction », puis à l’âge adulte vouloir démontrer sa valeur à chaque occasion et ne pas voir sa légitimité,

– « j’ai peur de le déranger si je fais du bruit, il vaut mieux que je ne me fasse pas remarquer » puis savoir être transpatent.e à l’âge adulte et ne pas prendre sa bonne place,

– « si je suis parfait.e, je mériterai son amour », et développer un perfectionnisme qui empêche de s’épanouir.

Si j’ai subi l’adultère dans ma précédente relation alors :

– je peux en prendre trop de responsabilité et avoir compris que je ne suis « pas assez … », alors dans ma relation actuelle je vais dévaloriser ce que je suis et ce que je représente, et/ou alors j’en ferai toujours trop pour tenter d’empêcher une autre trahison,

– je peux donner toute la responsabilité à une globalité « tous les hommes trompent », « toutes femmes sexy veulent tromper », « en amour tout le monde se trahit un jour » et me condamner à revivre la blessure de trahison au moindre déclencheur,

– je peux vouloir me préserver de la trahison en évitant l’engagement relationnel, donc en me privant de moments positifs qui pourraient contredire ma certitude.

Durant la séance de RITMO : une stimulation réparatrice

Il s’agit d’une stimulation bilatérale alternée. Ces stimulations sont tactiles (tapotement sur les genoux), auditives (claquements de doigts) et visuels (mouvements de la main à suivre du regard).

Ces stimulations activent les processus neurobiologiques de retraitement du souvenir traumatique. Plusieurs études démontrent que ces stimulations permettent :

– d’accéder au réseau de mémoire qui contient ces souvenirs traumatiques,

– d’inciter la liaison avec les expériences positives favorisant les mécanismes d’adaptation positive,

– de retraiter les informations de ce réseau complexe.

Le souvenir est remis à sa bonne place : dans le passé.

La conscience de la situation présente est développée : je suis en sécurité.

Le degré de vérité d’une croyance négative séquelle est restreint.

Le degré de vérité d’une croyance positive choisie est accru.

Ne nous vous condamnez pas à subir les effets de vos conditionnements. Il n’y a aucune fatalité. Allégez-vous.

Evitez de faire subir à votre entourage tous ces mécanismes de défense qui vous semblent normaux. Ne sabotez pas vos relations ni votre réussite à cause de schémas répétitifs. Qu’ils soient identifiés ou non, ces fonctionnements ne sont pas votre identité.